Pour renseignements et rendez-vous
(450) 668-6969
Polyclinique médicale Concorde
300 Boulevard de la Concorde Est #25
Laval, QC H7G 2E6
|

Pour en savoir plus : Le Botox   Pour en savoir plus : Juvéderm

Pour en savoir plus : Le Botox


Qu’est-ce que le Botox?

Le Botox est une protéine purifiée produite en laboratoire selon les plus hautes normes de qualité et de surveillance. Il s’agit d’abord d’un médicament approuvé par la Food and Drugs Administration (FDA) aux États-Unis et par Santé et Bien-être Canada au pays.

Retour


Depuis quand le Botox est-il utilisé à des fins esthétiques?

L’utilisation du Botox à des fins médicales a débuté vers la fin des années quatre-vingt et visait le traitement de conditions spastiques et de certains problèmes des yeux. C’est à cette époque qu’une ophtalmologiste de Vancouver, la docteur Jean Carruthers, remarqua la disparition des rides du front chez les patients qu’elle traitait avec le Botox pour des problèmes de spasme des paupières. En 1990, elle et son mari, le docteur Allastair Carruthers, un dermatologue, rapportaient la trouvaille et publiaient le premier article sur l’utilisation cosmétique du Botox. Le Botox est donc utilisé à des fins esthétiques depuis déjà vingt ans. Il s’agit de nos jours de la thérapie cosmétique administré par des médecins la plus populaire en Amérique du nord, seize millions de traitements ayant été dispensés depuis son approbation pour cette indication. C’est également le traitement esthétique présentant le plus haut taux de satisfaction parmi les utilisateurs, soit 97%.

Retour


Comment fonctionne le Botox?

Le Botox bloque l’activation nerveuse du muscle au cœur duquel il est injecté. Ce blocage a pour effet de détendre le muscle ciblé. Cette action sur la terminaison nerveuse est temporaire et dans tous les cas entièrement réversible.

Retour


Quelles sont les contrindications à l’administration de Botox?

Bien qu’aucun effet néfaste n’ait été noté sur le nouveau-né lors de l’administration chez des femmes enceintes, le Botox ne saurait être utilisé pendant la grossesse ou une période d’allaitement.
Toute maladie neuro-musculaire (maladie d’Eaton-Lambert, myasthénie grave, etc.) constitue une contrindication absolue à l’administration de Botox. Par ailleurs, en présence d’une infection de la peau, on préférera retarder la thérapie jusqu’à guérison complète.

Retour


L’administration de Botox fait-elle mal?

Nous n’utilisons que des aiguilles extra fines de sorte que, dans des mains expérimentées, les injections sont pratiquement sans douleur et n’entraînent en général qu’un léger malaise. Même les appréhensifs de la piqure s’en tirent sans grande émotion.

Retour


Après les injections de Botox mon visage sera-t-il figé?

L’effet obtenu dépend entre autre chose de la dose administrée et de la technique utilisée; il est donc possible d’en contrôler l’intensité et d’obtenir les résultats esthétiques recherchés tout en préservant une part de la capacité d’expression, l’équilibre entre ces deux éléments étant déterminé par les attentes particulières du client ou de la cliente. Le plus souvent cependant, on veillera à éviter les faciès figés et inexpressifs qui manquent de naturel.

Retour


Combien de temps dure une séance de traitement?

L’administration de Botox proprement dite ne requiert en général que très peu de temps : selon l’étendue des zones à traiter, on peut prévoir entre cinq et trente minutes (peut-être un peu plus dans certains cas bien particulier). Habituellement, la plus grande partie de la consultation sera occupée par un échange au cours duquel le médecin cherchera à déterminer d’abord la présence de contrindication, à fournir toute l’information et les précisions nécessaires à une décision éclairée, et surtout à bien comprendre les attentes et les besoins spécifiques de sa cliente ou de son client. L’examen des structures faciales et la prise de photographies complètent l’entrevue d’une durée totale usuelle d’une trentaine de minutes.

Retour


En combien de temps se manifeste l’effet du Botox sur les rides et quelle en est la durée?

D’ordinaire, on constate les premières modifications environ quatre jours après l’administration d’un traitement. Cependant, il faut parfois jusqu’à deux semaines avant de percevoir l’effet complet.
La durée de l’effet est généralement de trois à quatre mois. On remarque toutefois une prolongation notable de la durée de l’effet avec la répétition des traitements. Dans certains cas, l’intervalle de temps entre les traitements pourra même atteindre jusqu’à huit à neuf mois.

Retour


Puis-je retourner au travail ou vaquer à mes occupations après une séance de traitement ou y a-t-il une convalescence à prévoir?

Aucune période de convalescence n’est à prévoir suite à l’administration de Botox. La très grande majorité des gens reprennent leurs activités immédiatement à leur sortie de la clinique et cela sans aucun problème. À de rares occasions on rapportera la présence d’un mal de tête répondant bien à la prise d’acétaminophène (Tylénol) ou d’ibuprofène (Advil ou Motrin). D’autres expérimenteront un peu d’enflure et des rougeurs aux sites d’injections, plus rarement de petites ecchymoses; ces désagréments sont passagers et disparaissent le plus souvent en moins de vingt-quatre heures.

Retour


Y a-t-il des directives à suivre ou des précautions à prendre suite à une séance?

Il existe quelques recommandations simples et fort peu contraignantes suite à votre séance de Botox. D’abord d’éviter de masser la zone traitée pour une période d’au moins quatre heures. Ainsi, on prendra soin de ne pas prévoir un soin du visage (facial ou autre) le même jour qu’un traitement de Botox. Ensuite on évitera le plus possible de se pencher tête en bas pour quelques heures suite à la séance de manière à diminuer les risques de diffusion de la protéine en périphérie de la zone ayant fait l’objet du traitement. Enfin, certains suggèrent de contracter régulièrement les muscles ciblés dans les heures suivant les injections de façon à accélérer l’incorporation de la protéine botulinique dans les terminaisons nerveuses.
Pour les patientes et patients ayant fait l’objet d’un traitement des rides du front, on recommandera d’éviter le port du chapeau, de la casquette ou d’un bandeau de tête dans les quelques heures suivant la thérapie.

Retour


Comment puis-je me préparer à l’administration de Botox?

De manière à diminuer les risques de bleus et d’ecchymoses, on suggère d’éviter (dans la mesure du possible et en tenant compte des recommandations de votre médecin) dans les quelques jours précédant la séance la prise de substances susceptibles d’éclaircir le sang telles l’aspirine, les anti-inflammatoires, la vitamine E, la vitamine C et le gingko biloba. Pour ceux dont la condition médicale requiert la prise quotidienne de faibles doses d’aspirine, il ne s’agit pas là d’un empêchement au traitement.

Retour


Quelles sont les complications d’un traitement de Botox? Sont-elles fréquentes?

L’injection de protéine botulinique constitue une des procédures esthétiques les moins invasives et les mieux tolérées. La très grande satisfaction des patients et la faible survenue de complications expliquent l’engouement croissant pour ce type de thérapie depuis les premières utilisations en esthétique il y a déjà vingt ans. Des millions d’utilisations ont permis d’établir la grande sécurité du traitement. Les effets secondaires sont rares, modérés, le plus souvent transitoires et toujours totalement réversibles.
Comme mentionnée précédemment certaines personnes éprouveront un mal de tête dans les heures suivant la thérapie; cette céphalée est habituellement de faible intensité et répond bien aux analgésiques de faible puissance disponibles sans ordonnance (Tylénol, Advil, Motrin).
Des ecchymoses peuvent parfois apparaître aux sites d’injections. Elles sont toujours minimes et on peut en diminuer l’occurrence en évitant la prise d’anti-inflammatoires, d’aspirine (à moins d’une condition médicale), de vitamine C et E dans la semaine précédant la séance. La patte d’oie est la zone la plus fréquemment affectée par ce désagrément mineur.
Très rarement on observera une faiblesse d’un muscle releveur de la paupière avec un léger abaissement de celle-ci. Le déficit esthétique résultant de l’assymétrie d’ouverture des yeux qui en résulte peut être corrigé grâce à l’application de gouttes oculaires pendant la période où se manifeste cet effet. Habituellement les choses entrent naturellement dans l’ordre en moins de trois semaines, sans aucune séquelle à moyen ou long terme.

Retour



Pour en savoir plus : Juvéderm


Qu’est-ce que le Juvéderm?

Le Juvéderm est un gel constitué d’acide Hyaluronique, un sucre naturellement présent dans la peau. Il est utilisé depuis de nombreuses années comme substance de comblement, c’est-à-dire pour remodeler certaines parties du visage, redonner du volume aux zones affaissées et combler les rides, sillons et autres dépressions du visage. Une fois injecté dans les tissus, l’acide hyaluronique produit également un appel d’eau et hydrate ainsi en profondeur la zone traitée. Ces propriétés de même que la rareté des effets indésirables en font la substance de comblement résorbable la plus injectée en Amérique et en Europe actuellement.

Retour


Le Juvéderm demeure-t-il dans la peau indéfiniment?

Non, comme mentionné dans le paragraphe précédent, il s’agit d’une substance résorbable. Ses effets sont réversibles avec le temps, ce qui ajoute un élément de sécurité et une plus grande flexibilité quant à l’approche esthétique à long terme : ainsi, il est possible d’adapter la thérapie et l’approche adoptée en fonction de l’anatomie changeante du visage tout au long du processus de vieillissement. De plus, si les effets obtenus ne correspondent pas aux attentes ou posent préjudice, il est possible de dissoudre localement l’acide hyaluronique injecté en infiltrant la zone à modifier avec un enzyme, l’hyaluronidase. Cette propriété ajoute sécurité et versatilité au produit.

Retour


Quelle est alors la durée de l’effet du Juvéderm suite à une infiltration?

La durée de l’effet obtenu dépend sommairement de deux variables. D’abord de la zone du visage où le gel est infiltré. Plus cette zone est mobile, par exemple au niveau des lèvres, plus court est l’effet.
À l’inverse, quand le Juvéderm est injecté profondément au cœur d’une structure peu mobile, comme au niveau de l’os de la joue pour remonter les pommettes, il reste en place beaucoup plus longtemps.
La deuxième variable influençant la durée de l’effet dépend de la formulation choisie : il existe de fait plusieurs «formes » ou présentations de Juvéderm disponibles actuellement, chacune d’entre elles répondant à des indications et des fonctions spécifiques. Ces différents types de Juvéderm ont des durées de vie différentes une fois injectées.
Nonobstant ce qui précède, on peut dire que grosso modo un traitement au Juvéderm dure,selon le type utilisé, de 12 mois à trois ans.

Retour


Le Juvéderm peut-il être utilisé en association avec le Botox?

Définitivement, il s’agit d’ailleurs là du fondement du Soft Lift, une approche abordant dans sa globalité le traitement des rides du visage. Le Botox ayant la propriété de relâcher les muscles faciaux et d’ainsi en diminuer la mobilité, une injection de Juvéderm associée à des infiltrations préalables de Botox verra la durée de son effet prolongée considérablement, parfois même du double.

Retour


Les injections de Juvéderm sont-elles douloureuses?

Les formulations les plus récentes de Juvéderm contiennent de la Xilocaïne, un anesthésique utilisé couramment pour les petites chirurgies et les réparations de plaies. Dans des mains expertes, les injections sont presque sans douleur. Certaines zones s’avèrent cependant plus sensibles (par exemple les lèvres) et dans de rares cas bien précis on offrira une anesthésie locale avec l’infiltration.

Retour


Combien de temps faut-il pour un traitement?

Tout dépendant de l’étendue des zones à traiter, la procédure pourra nécessiter de quelques minutes à une heure.

Retour


Puis-je reprendre mes activités après un traitement ou y a-t-il une période de convalescence à prévoir?

Aucune période de convalescence n’est à prévoir, la plupart des patientes et patients reprenant leurs activités aussitôt sortis du bureau. Cependant, on peut s’attendre dans presque tous les cas à la présence d’un peu d’enflure et de rougeur au niveau des zones infiltrées. Ces phénomènes disparaissent habituellement en deux à trois jours. À l’occasion, les injections peuvent être à l’origine d’ecchymoses (bleus) ou d’hématomes; ces derniers mettent de quelques jours à une semaine pour guérir. Pour cette raison, on recommande de ne pas procéder à des infiltrations de Juvéderm tout juste avant un événement important (mariage, gala, apparition télévisée, etc).

Retour


Existe-t-il une préparation en vue d’un traitement au Juvéderm? Y a-t-il des consignes à respecter?

La plus importante des consignes concerne la prise de substances ou de médicaments ayant pour effet d’éclaircir le sang : de manière à diminuer au minimum la survenue de bleus et d’ecchymoses, on recommande, dans la mesure du possible, de ne pas consommer de médication anti-inflammatoire (Aspirin, Motrin, Advil, etc) ou toute autre substance pouvant interférer avec la coagulation du sang (vitamine E, vitamine C, Gingko Biloba) dans la semaine précédant le traitement. De même, il est préférable de ne pas boire d’alcool et de ne pas s’exposer au soleil la veille et le jour du traitement.
Chez les patientes ayant présenté des crises d’herpes labial (feu sauvage) par le passé et désireuses de recevoir des infiltrations au niveau des lèvres, il est recommandé de prendre une prophylaxie (sous forme de médication par la bouche) le jour du traitement de manière à prévenir le déclenchement d’une crise. Cette médication pourra vous être prescrite sur demande par le médecin.

Retour


Existe-t-il des restrictions ou des consignes pour la période après l’injection?

Dans les premières heures, mieux vaut rester calme et éviter les efforts ou les exercices violents (Gym, jogging, etc). Pour deux ou trois jours, il serait préférable d’éviter l’alcool, l’aspirine, les anti-inflammatoires, le sauna et le soleil. Pour la première nuit de sommeil suivant le traitement, il serait souhaitable de dormir sur le dos, quitte à utiliser un collier rembourré ou gonflable tel que ceux utilisés sur les longs vols aériens.

Retour


Existe-t-il des contrindications aux injections de Juvéderm?

Les contrindications sont rares. Elles sont les suivantes :
  • Grossesse et allaitement
  • Présence d’allergies multiples
  • Maladies auto-immunes
  • La présence d’implants permanents ou une histoire d’injection antérieure avec des substances de comblement non résorbables.
  • Une histoire de mauvaise cicatrisation ou de cicatrice hypertrophique.
  • Une chirurgie faciale antérieure.
  • Présence d’une infection cutanée au site d’injection.

Retour


Quels sont les effets secondaires et les complications possibles suite à l’utilisation de Juvéderm?

Tout acte médical, si minime soit-il et quelque soit la compétence et l’expérience du praticien qui l’accomplit, comporte un certain nombre d’incertitudes et de risques. Globalement, les infiltrations d’acide hyaluronique présentent un excellent profil de sécurité et d’innocuité.
Comme mentionné précédemment, on doit s’attendre à des effets secondaires mineurs et de courte durée (jours) immédiatement après les injections : rougeur, enflure, démangeaisons, plus rarement des ecchymoses ou des hématomes. Chez les sujets prédisposés qui n’ont pas pris de traitement préventif, il pourra y avoir apparition d’un herpès labial (feu sauvage) dans les jours qui suivent l’infiltration des lèvres. La survenue de granulomes (nodules indurés pouvant apparaître de quelques jours à quelques semaines après un traitement) est exceptionnelle avec l’acide hyaluronique et survient classiquement après utilisation de substances non résorbables.
Il existe une complication rarissime (quelques cas rapportés sur le grand nombre de patients traités), mais potentiellement sérieuse : il s’agit de la nécrose cutanée attribuable à l’injection fortuite dans une artère ou la compression de cette dernière par la substance de remplissage. Cette complication peut être immédiatement adressée par différentes mesures visant à dilater l’artère et à dissoudre l’acide hyaluronique en cause par l’injection hâtive d’un enzyme appelé hyaluronidase. Le recours à un praticien compétent et consciencieux diminue les risques déjà faibles d’une telle complication sans pour autant les faire disparaître complètement.

Retour



test
L'AUGMENTATION DES LÈVRES PRESQUE SANS DOULEUR NI EFFET INDÉSIRABLE GRÂCE À LA MICROCANULE SOUPLE
Copyright © DR. François Godue Médecine Esthétique. Une création Web de BLSOL inc.